banniere blog

banniere blog

dimanche 28 juillet 2013

Stage Montagne dans les Pyrénées 



Un diplôme d’initiateur alpinisme n’a de valeur que s’il est mis en application rapidement après son obtention. Et bien voila qui est chose faite pour le grand schtroumpf (Pierre C.). Sous son autorité intransigeante et indéfectible, 8 montagnards novices, curieux et inconscients du BEC se sont engagés dans cette aventure. Avides de sensations vertigineuses, ils furent gâtés pendant cette semaine.










Le programme complet et alléchant débuta par une initiation au cramponnage sur névé et manipulations diverses.......sous la pluie après une saucissonnade ensoleillée.
La 1ière nuit fut donc humide comme toutes les suivantes. Les rhumatismes et engourdissements firent leur apparition, ainsi que les chaussettes mouillées qui puent. Malgré une météo peu clémente de fin d’après midi, les performances sportives sont au rendez-vous : - marches d’approches de 2 à 3 heures sur névé
- réalisation de voies de 200m (en grosses ou pas)







         - courses d’arrêtes  -                                                         ascension de la "directe corrèzienne"
                                                                                                 pour Chris et Bertrand 


- ascension de sommets tel que le VIGNEMALE et le PIC de NEOUVIELLE culminant chacun à plus de 3000 m.


Ces journées furent un émerveillement et un régal pour les yeux. Elles furent ponctuées également d’anecdotes parmi lesquelles nous retiendrons principalement : - La sortie d’une grande voie aux SERRADETS sous la grêle et les abeilles (phénomène d’électricité statique par temps d’orage) pour Bertrand, Baptiste, Manu et Chris et un retour au camp de base à 23h30. D’où le proverbe « Qui part avec Cholin, rentre de bon matin ». Autant dire que le cassoulet, bien que tardif, fut apprécié.
- Une blessure de crampon au mollet obligeant un départ pour les urgences hospitalières de LOURDES, ....il n’y a pas eu de miracle, Béa......c’était un beau mollet avant les 6 points de suture. - Christophe qui s’émerveille devant la brèche de Roland mais qui préfère arrêter l’aventure ici avant de s’ébrécher lui-même. - L’arrivée au sommet du VIGNEMALE dans la brume sauf pour Manu qui préfère courir dans la neige plutôt que d’escalader les 100m de niveau 3 qui le sépare du sommet après une nuit au refuge ou nous goûtâmes le génépi (somnifère local favorisant les ronflements en chambrée) - La tente psychédélique de Fabrice...mais comment peut on dormir la dedans sans cauchemarder ?
Le massif du Néouvielle nous accueillit le mercredi soir. La journée de repos se transforma en cours de pitonnage et exercices de mouflage.
La fraicheur et l’humidité sévissent toujours et attaquent le moral. Une seule solution : sus au Gigondas et Madiran. Demain, c’est décidé, le RAMOUN et le PIC de NEOUVIELLE par l’arrête des 3 conseillers feront partie de nos conquêtes. Du retard ayant été pris sur la consommation du jus de raisin pour cause de mauvais temps, c’est avec le jurançon que nous fêterons ces victoires jeudi soir sous un soleil couchant enfin visible. Les organismes souffrent mais tiennent bon. Ces variations de dénivelé provoquent chez certains spécimens des « dégazages » intempestifs et pour d’autres, un transit dont ils seront fiers toute la semaine. Les schistes rouges (dixit Bertrand) ne le resteront pas longtemps. Mention spéciale à Pierre, Baptiste, Chris et Bertrand qui clôturent la semaine en réalisant 2 voies de 350 m sur coinceurs et pitons pourris au Pic des SPIJEOLES. Pour cela, rien ne vaut une petite montée au refuge d’ESPINGOS en 1h50 au lieu de 2h45 (ça n’a pas moisis en route) pour une nuitée en compagnie d’un jeu de tarot, d’un petit génépi et d’une paire de ronfleurs.
















 Et moi dans tout ça ???..... et bien, j’ai savouré chaque seconde de chaque journée. Je reviens avec les yeux remplis de magnifiques paysages, le souvenir de franche rigolade et une fierté des courses réalisées. L’aventure fut humaine et sportive. Merci à toi, Pierre, de nous l’avoir fait vivre.

Verticalement vôtre .....
.....Horizontalement toit

Alain N. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire