banniere blog

banniere blog

jeudi 6 août 2015

Bleau...mais pas trop chaud

La météo nous donne de l'inspiration pour trouver les titres des articles, on dirait...
Bref, petit retour sur le stage jeunes qui s'est déroulé du 11 au 14 juillet.
Du sable fin, des rochers, une forêt...où cela peut-il bien être ?


Finalement, c'est à 11 que nous sommes partis, avec un mélange de connaisseurs ( Amélie, Marius, Loïc, Gaïane et moi-même) et de néophytes (Léa, Laura, Léopold, Théo, Valentin, Benoît).

On a beau se dire que le pour le bloc, faut pas beaucoup de matériel, et ben au moment de tout mettre dans le minibus c'est une autre paire de manche. Heureusement que la voiture de Loïc a un grand coffre...Bref il a pris les crash pad, et nous le matériel de camping. Heureusement aussi que Hugo s'est (encore une fois) désisté, cela a permis de mettre des sacs sur un siège du minibus, qui, et ça tombe bien, avait une ceinture de sécurité inutilisable.

Donc, nous sommes arrivés sur place vers 13h30, et, en attendant l'ouverture du camping, nous sommes aller manger directement sur le secteur le plus proche : la gorge aux chats.
Bien sûr on a fait un bloc ou deux en basket, mais fallait pas traîner afin :
1- d'installer les tentes et le campement
2- d'aller au secteur prévu pour le samedi après midi (faut suivre le planning prévu ! )

JOUR 1 : Beauvais.
Sur le joli topo, il y a un secteur, situé à 20 km au nord, que je ne connaissais pas, mais qui avait l'air pas mal pour découvrir les lieux. Et en effet, les blocs ne sont pas très hauts, pas très durs, et en plus très adhérents.

Malgré la faible hauteur, le style "arrondi" des blocs et des prises est bien marqué
On progresse lentement dans le chaos de blocs...on essaie à tour de rôle les différents problèmes, en observant les autres, en essayant de nouvelles méthodes, en se disant "faut que j'y arrive moi aussi..."
Bref, après avoir fait une bonne quantité de blocs faciles ou pas très dur (avec quand même un 5b vers le départ, puis des jolis murs assez haut), on s'est retrouvé devant un 6c afin de faire plaisir à Loïc et Benoît...mais bon, s'était un poil trop dur pour ce premier jour. En tout cas, j'étais bien content d'avoir découvert un autre secteur sympa, et en partant je me suis dit que j'y reviendrai volontiers une prochaine fois...je ne pensais pas si bien dire (voir la suite).

JOUR 2 : Rocher des potets, et 95.2
La bonne idée du séjour : le dimanche, on laisse le véhicule au camping et on part à pied ! Bon, première entorse : vu que je me suis levé trop tard, il n'y avait plus de pain au camping, et j'ai dû envoyer Loïc en acheter à Milly-la-Forêt...le timing était par contre parfais car on s'est tous retrouvé et même temps sur le parking des secteurs du jour : une boucle passant par le rocher des potets, puis par le pignon 95.2.
Le premier secteur, à l'image de la veille, propose des blocs assez bas, et faciles. Du coup, le groupe se sépare en deux et les plus énervés (Loïc, Benoît, Gaïane et Léopold) se dirigent assez vite vers le 95.2, qui propose des blocs d'un autre niveau. Mais finalement, quand on les a rejoints, il n'avaient fait qu'un bloc bleu, et de nombreuses tentatives dans un bloc rouge (un 6a que seul Benoît arrive à faire, le réta final, assez engagé, ayant découragé ceux qui néanmoins arrivaient à poser les mains sur le haut du bloc...rien n'est jamais gagné avant la fin).
Pour ma part, j'ai été content de réussir un joli 6a dont je n'avait pas trouvé la clé la fois précédente (alors que je l'avais déjà réussi...). Comme souvent, une simple histoire de pied à placer au bon endroit, afin de pouvoir tenir les prises...
Pas de photos, car j'avais uniquement le caméscope...fallait être léger, car le le rappelle, on était parti à pied du camping. Et je me suis demandé si cela était vraiment judicieux, lorsque sur le chemin du retour quelques gouttes se sont mises à tomber. Cela ne nous a pas empêché de tester la piscine du camping, avec ses 4 bassins, dont 2 avec des bulles...

JOUR 3 : modification de programme.
Malgré tout le temps passé à la préparation du séjour, je ne pouvais pas prévoir que Laura aurait une otite, et donc depuis le samedi soir soulageait sa douleur à coup de doliprane.
De nouveau, le groupe se sépare en deux, avec les "gaillards" qui se rendent à la canche au mercier, tandis que les autres accompagnent Laura chez le médecin. Et quand on est de passage dans le coin, mieux vaut ne pas tomber malade, car pour trouver un toubib, c'est pas simple. Sur Milly, soit ils sont en vacances (bon, je ne vais pas les blâmer pour ça), soit ils ne prennent pas de nouveaux clients, heu je voulais dire patients), soit ils ont un créneau le lundi soir à 19h, ce qui fait que comme il ne sera pas possible de récupérer les médicaments (le mardi étant férié), cela ne nous avance pas à grand chose... Finalement, le camping nous indique l'adresse d'un centre médical assez loin, mais qui présente 2 avantages : d'abord de nous proposer un RDV à 13h, puis d'être situé à quelques kilomètre de Beauvais. Et ça tombe bien, Beauvais, on connait ! c'est là qu'on était le premier jour. Du coup on n'a pas perdu notre matinée, on file grimper de 11h30 à 12h30, on pique nique sur le parking médical, et on rejoint les autres.
En arrivant, Loïc a un grand sourire, car il a réussi un 7a+ : "la petite marche", fissure très déversante située à côté d'un jeté en 8a, "la puce".
Après avoir fait grimper les jeunes sur des blocs pas si faciles, je me lance dans un 6a qui, encore une fois, m'avait résisté il y a quelques années. C 'est vrai que parfois, je suis têtu et j'ai de la suite dans les idées : capable de repenser durant des mois et des mois à un bloc, afin d'être super motivé quand j'y retourne. Le bloc en question, c'est "l'enfer des nains" : un gros surplomb, pas très haut, mais avec des prises assez éloignées...et quand on se retrouve les bras écartés, sous le surplomb, on se dit que c'est pas gagné. et pour le coup, c'est encore un histoire de pieds qu'il faut placer au bon endroit afin de contrôler le ballant. Bon, Benoît est passé avec une autre méthode, plus en force, mais aussi, il quand même plus grand que moi. Autant dire que Loïc s'est vite persuadé que ses bras étaient trop courts, et puis il avait déjà fait un 7a+, alors il n'allait pas ridiculiser dans un pauvre 6a...
Et donc, il fallait bien qu'on lui montre que son 7a+, tout le monde pouvait le faire (ça tombait bien, car il était sur ma liste de blocs à essayer). Après un essai, j'ai vite vu que malgré tout, ça va pas être si facile que cela. Tout ça à cause d'une seule prise que je n'arrive pas à tenir (les fissures, Pierre avait bien vu lors de notre sortie dans le Caroux que ce n'était pas mon point fort...). Loïc a beau me montrer comment il fait (vraiment à l'aise), je n'arrive pas à bloquer ma main droite dans la fissure. Pour une fois, ma solution ne viendra pas d'un pied à placer différemment, mais de ma main droite, que je décide de retourner afin de forcer avec mes biceps, au lieu de mes épaules. Pas facile d'expliquer, et vu que la batterie du caméscope à rendu l'âme lors de mon essai, on ne voit pas grand chose sur la vidéo...En tout cas j'ai réussi le bloc. De retour en Corrèze, j'ai regardé diverses vidéo sur le net, et je suis vraiment le seul à tourner le bras dans ce sens (sauf, il me semble finalement, un petit jeune de 14 ans...pffffff...mais sa méthode est légèrement différente)
Après cela, il reste Benoît et Gaïane, comme potentiels répétiteurs...Benoît a beau essayer et réessayer, rien n'y fait. Gaïane, par contre, réussit après quelques essais, alors qu'au départ, elle n'y croyait pas trop (en fait, elle n'osait pas trop essayer, il me semble)
Du coup, on laisse Benoît avec son crash pad,
La petite marche, 7a+
 et on part explorer les autres blocs du secteurs.
La classique, 6a

A la fin de la journée, le groupe "minibus" repart alors que Benoît reste sous son bloc...à essayer et réessayer...il ne rentrera au camping que vers 9h30, sans avoir réussi le bloc. Ben il fera peut être comme moi : il regardera des vidéos, et la prochaine fois, il sera plus fort !

JOUR 4 : rangement
Au programme du jour (enfin, ce qui était initialement prévu) : des blocs faciles au 91.1, une visite de la mer de sable et du  du bilboquet, et enfin un petit tour à la roche aux sabots, avant de partir.
Le début se passe comme prévu, avec de jolis blocs oranges. Enfin, il faut sélectionner un peu et éviter les blocs dalleux tout patinés où on n'arrive pas à décoller.


Cela dit, encore une fois le groupe se sépare en deux car le orange, pour Benoît, c'est trop facile ;-). Et donc on les retrouve un peu plus loin, pour le pique nique, devant le bloc du Flipper (6b). Et là, c'est l'Objectif de Loïc, car Rémi l'avait réussi 3 semaines auparavant, et pas lui...
Sur ce bloc, pas question d'avoir du gras de saucisson sur les doigts, et donc on grimpe pendant que les autres nous regardent en mangeant.
Finalement, Loïc réussit...Je continue avec Benoît à essayer, et réessayer, mais le talon droit ne veut pas tenir sur le côté du bloc, et on tombe toujours au même endroit. Et puis je finis par y arriver : le talon tient, j'arrive à pousser dessus et attraper la prise main droite. Il ne reste plus qu'à rester concentré, et surtout ne pas tomber, car avec la fatigue, cela reste un poil compliqué. Surtout qu'en bloc, on n'a pas toujours l'occasion d'essayer le haut du bloc si on n'arrive pas à faire le bas, et donc on ne sait pas trop à quoi s'attendre. Arrivé en haut, j'essaie d'analyser un peu afin de donner des conseils à Benoît...et encore une fois, c'est une histoire de pied...tout essoufflé, je lui donne mon ressenti, et lui dit que le pied gauche, au lieu de l'avoir sur une prise sur la droite, il faut le laisser partir à plat sur la gauche, et ne pratiquement pas s'en servir, afin de mieux tirer sur son talon droit...Mais bon, encore une fois on le lassera devant son bloc, à essayer et réessayer. L'heure tourne, il nous reste à aller voir le bilboquet et ma mer de sable, pourquoi pas le toit du cul de chien afin de faire le beau en leur disant que je l'ai déjà réussi dans ma jeunesse...et grimpatouiller à la roche aux sabots, puisque c'est sur le chemin du retour...
On se trouve devant le grand surplomb :
Eux :  "C'est haut", "c'est beau",
Eux : "tu l'as déjà fait ?"
Moi : "oui, oui, je l'ai déjà réussi, y a quelques années..." (la preuve, sur l'ancien blog du club)
Eux : "tu peux le refaire !!!"
Moi : "non, pas trop motivé, là"
Eux : "allez, steplait !"
Moi : "non, et puis avec un seul crash pas, c'est pas la peine"
Là, j'avais une bonne excuse, car les autres avaient gardé deux crashpads, pour que Benoit puisse faire le flipper.
Du coup, on était sur le point de repartir, quand on voit arriver Gaïane, Loïc et Benoît (qui avait laisser tomber).
Bon, là, la motivation revient.
Moi : "Bon, je vais essayer, pour voir"
Et c'est parti pour un premier essai, pour voir. Je me sens bien, mais comme c'était juste pour voir, je décide de tomber à 2 cm de la bonne prise.
Loïc et Benoît étant un peu lents à se préparer, je retourne direct, et j'arrive en haut assez facilement. Qu'est ce qu'il faut pas faire pour faire plaisir aux jeunes...Faut dire que ce bloc, je le connais par coeur : non pas parce que je l'ai essayé souvent (une dizaine de fois, max), mais parce que fidèle à ma méthode, j'ai dû regarder 200 fois des vidéos sur le web (comme ici sur bleau.info, mais certainement aussi sur youtube).
Devant le temps qui passe, il nous reste deux options : soit aller de suite grimper à la roche aux sabots, soit rester pour voir Loïc, Benoît et Gaïane tenter le bloc. De l'avis général, on décide de rester pour les encourager...en vain. Ils resteront encore après notre départ, sans plus de succès. Et pourtant ils ne sont pas très loin. Cela fera un projet de plus pour certains pour la prochaine visite.

POUR FINIR :
C'est vrai, c'est un peu long, comme article...
Merci aux jeunes pour leur motivation, leur bonne humeur. Du coup, c'est assez facile à gérer.


Néanmoins, l'encadrement était, soyons modeste, au top du top
Quelques exemples :
pfff...il y arrivera jamais...ferait mieux de laisser tomber
Partie de pétanque (en attendant Benoît...)

Comme à la maison, c'est toujours moi qui me fait avoir...
"D'habitude, ils sont plus petits..."


le Flipper
C'est parti
Le fameux talon droit !

 Sinon, la prochaine fois, penser à trouver un système pour éviter qu'ils fassent tomber leur nourriture par terre :
- 1er soir : Benoît, 2 parts de pizza
- 2ème soir : Loïc, les 3/4 de son assiette de pâtes
- un matin : je ne sais plus qui, une partie du paquet de miel pops
Sans compter les morceaux de saucisse sèche, ici et là....

















1 commentaire:

  1. Petit retour sur ce we bleau. 4 jours très sympa avec des jeunes motivés, souriants, agréables. Toujours à fond dans les blocs grimpe parade entre-aide. Pour la manière de grimper euh...... à chacun sa technique ....le principal c'est d'arriver en haut.
    Merci à Gaïane, Laura, Léa, Loïc, Benoit, Léopold, Théo, Valentin et Marius pour votre bonne humeur et votre présence. Bichonnez vos doigts et vos pieds pour la prochaine fois !

    RépondreSupprimer