banniere blog

banniere blog

mardi 31 mai 2016

En mai, fais ce qu'il te plaît !


Eh oui, un petit article juste avant le mois de juin (c'est demain !) pour se rappeler la fraîcheur de la neige avant l'été qui tarde à arriver, et aussi pour présenter des objectifs dignes d'intérêt quand on parle de "ski de montée"... J'avoue, c'est un peu une réponse au dernier article de Chris.




Le week-end prolongé du 8 mai fut donc l'occasion pour Jean-Marc (l'autre protagoniste) et moi-même de profiter des joies de la montagne enneigée, en conditions donc, et sous le soleil !
Nous sommes partis faire le tour de la Meije en passant par le haut vallon de la Romanche (refuge de l'Alpe), le col du pavé et descente sur le promontoire, la brèche de la Meije, traversée sous la face N pour rejoindre le refuge de l'Aigle, et descente par le glacier de l'Homme.



Peu après le refuge de l'Alpe, on chausse les skis au petit matin.
On sent que la tempête de ciel bleue approche ! ça tombe bien il n'y a que 1600 m jusqu'au col du pavé.


En montant au col, on croise une famille qui a choisi de mettre les crampons au moment où ça se raidit un peu. Mais c'est pas forcément une mauvaise idée du père, qui a choisi d'emmener femme et enfants dans cette randonnée.

La "rando" se révèlera quand même un peu engagée de l'autre côté (glacier des étançons) avec les crevasses à contourner et les boules de glace à éviter...
En bas de la pente, c'est enfin la moquette (= synonyme de PLAISIR, pas de salon...) avant de remonter  200 m pour atteindre le refuge, et pouvoir glander au soleil.

Bilan de la journée : environ 1800 m de montée, et 700 de descente (dont 300 de bons). D'aucuns, comme Bertrand par exemple, s'en seraient contentés en serrant les fesses, d'autant que quand il n'y a pas trop de descente, on préserve ses genoux (faut toujours voir le positif).

Sur la terrasse du refuge, avec le vallon rien que pour nous !


Le soir, Fredy nous renseigne sur la météo du lendemain, mais aussi sur les 50 ans du refuge du Promontoire, qu'il compte bien animer cet été !
Le lendemain, on part vers 6h pour la brèche qui n'est pas loin, mais il faut traverser tôt car le terrain est pour le moins "glaciaire".
 
           Arrivée à la brèche de la Meije                                 Descente et traversée sous le grand pic



Dans le passage du Serret du savon, le couloir est bien garni,
et nous sommes seuls (ce qui n'est pas plus mal)


Arrivée de bonne heure, on prend le temps de bouffer un coup, puis de faire la Meije orientale  en aller-retour pour assurer car la météo du lendemain doit se dégrader un peu.

La Meije, pour ceux qui ne connaissent pas, avec de g à dr :
la Meije orientale (3891 m) , le Doigt de Dieu (3973) et le Grand Pic tout à dr. (3983)

Vue paradisiaque depuis le refuge de l'Aigle (d'où son nom !) sur le glacier de l'Homme.

La descente, c'est pour le lendemain, mais après un réveil au son de l'accordéon de Louis, le gardien très sympa (il descendra quelque temps après nous d'ailleurs, pour se reposer un peu dans la vallée avant d'attaquer la saison d'été).
Descente sans problème, impressionnante par moment dans les séracs, et "chanceuse" aussi puisqu'on assiste (de loin) à la chute d'un sérac entraînant une avalanche, là où on va passer 10 min plus tard...

                                                             
Là non plus, on ne peut pas vraiment lâcher les chevaux comme Bertrand (sauf à finir dans un trou bleuté et sombre), mais l'itinéraire nous ramène quasiment à la voiture, en empruntant une ancienne coulée (skiable) sur un pierrier.
Tout ça conclut un super week-end en montagne, hors du temps, revigorant, grâce à du vrai ski-alpinisme (synonyme de ski de montée, mais avec le baudrier en plus), et aussi aux rencontres : ça fait plaisir de voir des gens passionnés en montagne !!


                             Pierre


Et n'oubliez pas : cet été, on fête les 50 ans du refuge du Promontoire à la Meije
et il y a plein de voies d'escalade... en montagne.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire