banniere blog

banniere blog

mercredi 20 septembre 2017

Retour sur le stage "Montagne"

Et voilà, c'est la rentrée ! L'automne... enfin, on dirait presque, vu la météo...
C'est l'occasion de revenir sur l'été du BEC (certains s'en chargeront, à n'en pas douter) et sur les moments partagés entre grimpeurs. Et parmi ceux-là, le stage montagne organisé du 15 au 22 juillet par le Comité Territorial du Limousin pour les jeunes. Déjà quatre ans qu'il a lieu : deux fois dans les Pyrénées, et depuis 2016, à Chamonix.



A ce stage, parmi les jeunes, n'étaient présents quasi que des "anciens", vu l'intitulé perfectionnement, c'est à dire que l'on a retrouvé dans le désordre : Antoine, Benoit (dit Bebeu), Théo, Romain (qui avait préféré laisser sa cheville au repos l'an dernier !), Boris et Geoffrey (les "bizuths" de l'an dernier), Marie qui a réussi à motiver sa copine Gaïane, et puis aussi Rémi qui rejoignait cette année "l'équipe d'encadrement", vu sa propension à faire la vaisselle en temps limité.

Gaïane en mode Beatles, toute contente d'avoir échappé à un "attentat" à la bouteille de gaz sur le parking du col des Montets (merci Boris...). L'an dernier, c'était un attentat au casque d'escalade...


Une semaine où il a fallu jouer finaud avec le risque d'orage les après-midi, mais qui a permis de pas mal grimper quand même. On commence donc le dimanche à Barberine, avec rappels des manips, dallouses de granit pour tous, afin de connaître ces sensations au moins une fois dans sa vie, et puis une grande voie pour d'autres.
Marie s'applique à pousser sur les pieds.


Le lundi est occupé à monter au refuge d'Argentière, au-dessus duquel on fera une voie le lendemain. Ecole de neige et glace à la petite verte, et descente du glacier des Rognons.


 Le groupe avec au fond la face Nord des Drus. Pas d'orage ce jour-là, même si Geoffrey a les cheveux qui se dressent.



 Vue sur le bassin d'Argentière





 


Le Mont Dolent
L'aiguille du Génépy fut l'occasion de tâter du granit chamoniard, toujours un peu déroutant pour certains par manque d'habitude (friends, adhérence des pieds, râteau de chèvre...), mais bien apprécié en tout cas !
 

Un relais 3 étoiles avec vue sur les Droites.
 Les jeunes, c'est super, mais qu'est-ce que ça bouffe !! Bon, on était comme ça aussi, à leur âge, mais on a oublié.  
Là, ce qui est sûr, c'est que quand tu sors un bout de saucisson de ton sac à dos, tu vois des paires d'yeux qui te dévisagent. Au niveau de la bouche, les dents qui commencent à pointer, avec la bave qui tombe par terre. Je dis pas ça pour Théo, bien sûr. Lui, c'est tout le temps comme ça... Bon, il a fait un travail sur lui et il paraît qu'il a beaucoup progressé ;-)
"Pause saucisson"
Par contre, ce qui est sûr, c'est que cette année les jeunes étaient super, question repas. On voyait qu'on avait à faire à un groupe qui avait mûri ! Ils mettaient davantage la main à la pâte ! Geoffrey, par exemple : toujours des légumes frais à proposer. Romain : toujours volontaire pour la vaisselle, et prêt à aider un copain !

 L'équipe de choc à la plonge.

 La pétanque en guise de récup et d'étirements.

Mercredi, nous sommes allés au Brévent, juste au-dessus de Chamonix. Deux groupes : le premier avec David dans la voie "Frison-Roche", belle classique abordable (donc parfois victime de son succès), le deuxième dans "Ex-libris", un dièdre en 6b avec seulement les relais d'équipés.




 Rémi au départ d'Ex-Libris
Les gaziers au relais : la classe, tout simplement... (Mais vache-toi...)

   
Romain en pleine traversée, et Théo qui surveille Marie, du coin de l'œil,
dans la fin de la Frison-Roche
 
 Belle longueur, belle volonté de la part de Marie, et beau (grand) vol pour Geoffrey, paraît-il... 
 Benoit sort au sommet du Brévent, avec derrière lui la gare de Planpraz et son "kilomètre vertical". Non, il n'a pas fait la voie en solo.

Le jeudi, journée moins fiable niveau météo, fut occupé à faire une petite arête au-dessus du Montenvers. L'occasion de marcher un peu, de pratiquer l'assurage en mouvement, et aussi de découvrir un panorama inhabituel. Tout le monde est arrivé à prendre le petit train du retour !!
On tente de bronzer tant qu'il ne pleut pas.


Boris prend la pause avec au loin le glacier des Bossons, le plus bas d'Europe !


 Théo et Marie, toujours hyper sécurit....

Tout le monde cherche Antoine et son becquet, synonyme de fin de la voie.

 
Ah, ça y est : il est là ! Pour une fois qu'il ne parle pas... On peut descendre.


Le lendemain, dernier jour du stage, on choisit le secteur de la Flégère et la pointe Gaspard, dans les Aiguilles Rouges pour dire au revoir au Massif. Les cordées se sont réparties dans différentes voies, et en ce qui nous concerne avec Gaïane et Geoffrey, on est sorti de "Lady in black" juste au moment où les premières gouttes ont commencé à poindre le bout de leur nez. Juste de quoi sortir sa veste de pluie (on ne citera pas de marque pour ne pas faire de pub) et alimenter bien sûr certaines rumeurs au BEC...

Une belle traversée gazeuse avant un mur raide.
Et voilà, c'est fini... Le samedi, il a fallu repartir à la maison le lendemain. Mais bon, plein de souvenirs dans la tête : de sommets, de déconnades, de burgers... On reviendra à Cham !!




Merci à tous pour votre bonne humeur : stagiaires, accompagnateurs, et David surtout, pour son calme et son adaptabilité !





Pierre



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire